La main d’œuvre indépendante gagne 20% de plus que les infirmières qui vivent en Côte-Nord, dénonce le syndicat

Isabelle Dumaine présidente Fédération Santé CSQ, Nathalie Savard, présidente SIISNEQ-CSQ et Éric Gingras président de la CSQ au congrès de Sept-Îles sous le thème «S'unir pour réussir» (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

Le bilan négatif avec plus de départs que de recrutement au CISSS Côte-Nord crée de mauvaises conditions de travail pour les infirmières. Le syndicat veut que le personnel soignant obtienne les mêmes avantages que ceux accordés l’an dernier aux employés en fly-in|fly-out, qui gagnent 20% de plus que les permanentes du réseau.

Des délégués syndicaux représentant les infirmières, les auxiliaires et les inhalothérapeutes de tous l’Est du Québec sont réunis depuis hier à Sept-Îles, en préparation d’une négociation importante avec le gouvernement du Québec.

Le dialogue s’est amélioré dans les dernier mois entre le SIISNEQ et la direction du CISSS Côte-Nord. «Il faut profiter de la négociation pour créer les conditions pour garder le personnel en poste», explique la présidente du syndicat Nathalie Savard.

Entrevue avec Iabelle Dumaine présidente FSQ-CSQ et Nathalie Savard, présidente SIISNEQ-CSQ

La main d’œuvre de l’extérieur représente 50% des heures travaillées dans le réseau de la santé Côte-Nord. Plusieurs nouvelles infirmières recrutées à l’internationale viennent de déménager dans la région. Pour le syndicat, c’est une bonne solution, mais il faut faire plus. Nathalie Savard constate que les mauvaises conditions actuelles provoquent le départ de la profession de nombreux employés du Centre intégré de santé Côte-Nord, qui préfèrent se diriger vers les emplois disponibles dans la grande industrie.

Le syndicat SIISNEQ qui regroupe les infirmières, les auxiliaires et les inhalothérapeutes de la Côte-Nord a déposé ses demandes aux gouvernements. Il attend des offres d’ici Noël. Le milieu syndical mobilisera ensuite au besoin la population pour obtenir un rattrapage dans les conditions de travail.