La médiatisation des cruautés du Père Joveneau affecte le moral des Innus d’Unamen Shipu

La délégation d’Unamen Shipu, dont le chef Bryan Mark, au 2e Sommet de la Nation Innue

Le chef des Innus d’Unamen Shipu en Basse-Côte-Nord, Bryan Mark, réclame plus d’effectifs en services sociaux dans sa communauté. La diffusion du documentaire «Face au Diable de la Côte-Nord» et la médiatisation des cruautés du Père Joveneau affectent le moral de plusieurs et ravivent encore de mauvais souvenirs, constate Chef Mark.

«Ça ébranle encore nos communautés. Les auteurs du documentaire nous avait prévenus», précise Bryan Mark. Les nouveaux témoignages s’ajoutent à ceux des victimes d’agressions sexuelles, physiques et psychologiques du prêtre Oblat qui ont déjà témoigné en 2017 lors du passage à Maliotenam de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées.

Le conseil des Innus d’Unamen Shipu a mobilisé ses employés et ceux de l’organisation en santé Mamit Innuat pour assurer une intervention de première ligne en cas de détresse psychologique. Le chef a visionné à l’avance la série documentaire actuellement en webdiffusion sur la plateforme Vrai.

Toute une génération d’Innus d’Unamen Shipu et Pakua a été détruite par une seule personne, remarque Bryan Mark. Les témoignages ont un effet de libération, mais font aussi revivre des moments d’enfer aux victimes et à leur entourage.

Lire aussi: L’idée d’un hôpital régional innu se discute depuis le Sommet des élus de la Nation