La Minganie est moins bien desservie que l’Afrique pour le cellulaire, selon le préfet Luc Noël

La Minganie et la Basse-Côte-Nord sont encore très mal desservies en téléphonie cellulaire, ce qui compromet la sécurité sur la route 138.

Les élus de la Minganie réclament depuis 2 ans une couverture cellulaire sur tout le territoire de Sept-Îles à Kégaska. Le préfet Luc Noël comprend mal le retard technologique comparativement à l’Afrique où le continent est branché par satellite.

Le préfet de la MRC Minganie a réagi hier au délai d’intervention des policiers lors d’un accident impliquant deux véhicules et un orignal vendredi soir sur la route 138 près de la rivière Manitou. Comme il n’y a pas de couverture cellulaire, il a fallu une heure avant que quelqu’un puisse appeler le 911.

Lire aussi: Accident à rivière Manitou: absence de réseau cellulaire dénoncée par des Internautes

L’argument de la sécurité sur la route aurait dû compter davantage, selon le préfet. Luc Noël ne reproche rien aux compagnies comme Télus. Il soutient que la volonté politique a manqué tant du côté de Québec que d’Ottawa pour régler en même temps les dossiers de la desserte cellulaire et de l’Internet haute vitesse dans les régions rurales.

Entrevue avec Luc Noël, préfet MRC MInganie

Le gouvernement du Canada laisse le mandat de financer les projets de desserte cellulaire au CRTC, qui aurait réservé 2,4M$ pour l’est de la Côte-Nord.  Certaines municipalités comme Rivière-au-Tonnerre et Baie-Johan-Beetz sont sans signal.

Le préfet Luc Noël croit que les gouvernements transgressent leurs propres lois sur l’occupation du territoire en ne finançant pas des services de base en région.