La pénurie de main d’œuvre essouffle les gens d’affaires, constate le coprésident de la Chambre Gabriel Striganuk

La pénurie de main d'œuvre combinée à la pandémie complique la vie des commerçants et gestionnaires à Sept-Îles.

«Pandémie combinée au manque de main d’œuvre, les commerçants et gestionnaires ont vécu 3 années difficiles. La restauration est l’exemple le plus évident. On sent la fatigue!» Tel est le bilan de fin d’année du coprésident de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Uashat mak Mani-utenam Gabriel Striganuk.

Les défis et les enjeux retiennent l’attention, mais il y a plein de belles choses qui se passent dans le milieu économique dans Sept-Rivières, poursuit M. Striganuk.

Entrevue Gabriel Striganuk, président Chambre de commerce de Sept-Îles, Uashat mak Mani-utenam

Les dossiers de transports et l’attractivité de la région par l’amélioration des services et des infrastructures sont au centre des solutions au problème de main-d’œuvre. «Les choses s’améliorent, mais devront s’accélérer», affirme Gabriel Striganuk.

Il a hâte de rencontrer l’ancienne coprésidente de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Uashat mak Mani-utenam, Kateri C. Jourdain dans son nouveau rôle de ministre de l’Emploi et ministre responsable de la Côte-Nord.  

Achat local, moins à la mode

Le réflexe de l’achat local n’a pas durée après la pandémie, se désole le coprésident de la Chambre de commerce. Son organisation gardera ce dossier au centre de ses préoccupations en 2023.

Les Nord-Côtiers ont recommencé à s’approvisionner en commandant sur Amazon ou d’autres sites Internet et en magasinant abondamment lors de leurs voyages à l’extérieur, selon Gabriel Striganuk.