La pénurie de main d’œuvre touche durement la restauration à Sept-Îles

La Cage ferme jusqu'au 17 août pour manque de main d'œuvre

La Cage de Sept-Îles ferme pour deux semaines, surtout en raison de la pénurie de main-d’œuvre. Le P’tit snack a aussi annoncé aujourd’hui une fermeture temporaire les samedis et dimanches. Cela s’ajoute à d’autres restaurants forcés de réduire les heures d’ouverture comme la Rôtisserie St-Hubert qui réduit ses services en début de semaine et Tim Hortons qui ferme deux de ses quatre succursales le dimanche.

Les propriétaires du P’tit snack félicitent les employés pour avoir tenu le coup aussi longtemps avec un fort achalandage depuis le début de l’été. Tous les scénarios ont été évalués dans les restaurants de Sept-Îles pour maintenir les services à la clientèle.

«La pénurie de main-d’œuvre touche surtout la restauration, mais aussi le commerce au détail, témoigne la coprésidente de la Chambre de commerce et directrice des Galeries Montagnaises, Kateri Jourdain. Et ce n’est pas seulement à Sept-Îles/Uashat. J’ai remarqué à mon retour de vacances qu’un casse-croûte sur deux est fermé le long de la route 138», ajoute-t-elle.

Aux Galeries Montagnaises depuis le début de la pandémie, on ne peut plus exiger de chaque boutique le respect des heures d’ouverture. Il y a toute sorte de petites fermetures, le midi lorsqu’il n’y a qu’un employé par exemple.

Le problème est sérieux. Il est interrelié à la pénurie de places en garderie, mais on cherche encore comment s’attaquer à tout ça, commente Kateri Jourdain. Les deux pénuries seront au centre des priorités de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Uashat mak Mani-utenam, assure la coprésidente.

Elle précise que la situation n’est pas plus facile pour les décideurs dans les sièges sociaux des franchises présentes dans la région, puisque la pénurie de main-d’œuvre est nationale et que d’autres difficultés ont été amplifiées par la pandémie.