La population augmente partout au Québec, sauf sur la Côte-Nord

La baisse vient surtout de Fermont, après la fin des travaux de la Phase II à la mine de fer du Lac Bloom.

Toutes les régions du Québec ont vu leur population s’accroître entre 2021 et 2022, sauf la Côte-Nord. Pour la moitié du Québec, la croissance s’est même accélérée, alors que chez nous elle continue de décroître lentement, note l’Institut de la Statistique du Québec.

Le nombre d’habitants de la Côte-Nord a encore diminué de 1,3% entre le 1er juillet 2021 et le 1er juillet 2022, soit environ 100 habitants de moins. On estime la population à cette date à 90 400 citoyens dans la région administrative 09, la Côte-Nord.

Déficit de migration entre région

La baisse vient surtout de Fermont, après la fin des travaux de la Phase II à la mine de fer du Lac Bloom, mais la population diminue aussi un peu à Baie-Comeau, Port-Cartier et Sept-Îles. Elle augmente légèrement en Minganie et en Basse-Côte-Nord. Fermont avait connu une croissance de population de plus de 20% il y a 3 ans.

La région est surtout en déficit au chapitre de la migration inter-régionale, puisque le taux de fécondité est plus élevé. En un an, 336 personnes de plus ont quitté la Côte-Nord, comparativement à celles venues s’y établir. Cette tendance s’accélère depuis trois ans. Le solde migratoire de la Côte-Nord est de loin le plus négatif du Québec, constate l’Institut de la statistique.

Portrait démographique pas rose

L’ampleur de la décroissance se maintient à des niveaux relativement faibles depuis trois ans. La Côte-Nord enregistre pour la première fois en 2021 plus de décès que de naissances. Par contre, la fécondité, y est plus élevée que la moyenne québécoise, avec un indice synthétique de fécondité de 1,82 enfant par femme en 2021.

La population de la Côte-Nord affiche des proportions de jeunes de moins de 20 ans et de personnes de 65 ans et plus qui diffèrent de celles de l’ensemble du Québec. Les 50-64 ans y sont plus fortement représentés, alors que les 20-44 ans le sont moins, d’où un âge moyen (44,0 ans) plus élevé que celui observé pour l’ensemble du Québec.

Différent au Québec

Dans l’ensemble de la province, les plus grands centres urbains augmentent en population plus rapidement. Entre 2021 et 2022, plusieurs régions ont enregistré des gains record dans leurs échanges migratoires avec l’extérieur du Québec.

Montréal renoue avec la croissance, après un déclin important pendant la pandémie. La Capitale-Nationale, regagne aussi des résidents. La croissance démographique continue de s’accélérer dans des régions comme la Mauricie et la Chaudière-Appalaches. Le Saguenay–Lac-Saint-Jean et le Bas-Saint-Laurent se démarquent aussi avec des taux d’accroissement en hausse.