La première Bourse Kuessipan va à la réalisatrice de Nutashkuan Jani Bellefleur-Kaltush

Jani Bellefleur-Kaltush (photo wapikoni.ca)

La Fondation Québec Cinéma a dévoilé aujourd’hui le nom de la récipiendaire de la première Bourse Kuessipan. La réalisatrice de Nutashkuan Jani Bellefleur-Kaltush reçoit 10 000$ pour son projet de film «La grand’route».

Six projets de cinéastes de nations différentes ont été étudiés par le jury. Celui de la réalisatrice innue a été retenu entre autres pour sa faisabilité dans un avenir proche ainsi que son enracinement dans le territoire du Québec. 

La cinéaste Myriam Verreault, instigatrice de la Bourse Kuessipan avec un don personnel de 10 000 $, partageait avec Ségolène Roederer, ancienne directrice générale de Québec Cinéma, le grand rêve de voir naître cette bourse. «Je crois aux alliances créatrices, déclare Myriam Verreault. La production du film Kuessipan se voulait une collaboration entre deux nations (innue et québécoise) pour créer une œuvre qui se nourrit des forces de deux cultures. J’espère que cette bourse poursuive cette nécessité de construire des ponts», ajoute-t-elle.

Myriam Verreault croit que l’industrie du cinéma québécois peut devenir un socle pour la création des cinéastes autochtones d’ici. Elle félicite la première boursière Jani Bellefleur-Kaltush ainsi qu’à son coscénariste Bertrand Desrochers pour leur projet plein de promesses.

Première femme des Premières Nations du Québec à obtenir un diplôme du programme cinéma de l’INIS, Jani Bellefleur-Kaltush s’est initiée au cinéma avec le Wapikoni mobile en 2009 avant de passer un moment à Lille en France pour travailler dans une salle de cinéma.

Elle a réalisé plusieurs courts métrages sélectionnés dans différents festivals. Le projet La Grand’route se déroule au cœur de la communauté innue de Nutashkuan à la fin des années 1990, au moment de l’allongement de la route 138.