La SQ réagit au reportage de l’émission Enquête sur le décès de Martin Collard à Sept-Îles

La Sûreté du Québec a pris connaissance du reportage de l’émission Enquête de Radio-Canada concernant le décès de Martin Collard à Sept-Îles le 5 octobre 2015. Une enquête indépendante a blanchi les policiers dans ce dossier.

La SQ confirme qu’effectivement les policiers de la MRC de Sept Rivières ont reçu un appel vers 4h du matin, pour un individu en crise se trouvant devant le Centre hospitalier régional de Sept-Îles. Elle rappelle qu’une enquête indépendante a été confiée au Service de Police de la Ville de Québec par le Ministère de la Sécurité publique afin d’éclaircir les circonstances entourant l’intervention policière. La conclusion du Directeur des poursuites criminelles et pénales démontre qu’aucune accusation n’a été déposée suite à cette enquête.

Rapport d’enquête

Le Bureau du Coroner a ensuite produit un rapport entourant le décès de M. Collard. Celui-ci conclut qu’il s’agit d’une mort accidentelle et le coroner n’a émis aucune recommandation en lien avec cette affaire.

Un examen externe a été fait à Montréal par le Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale. Le pathologiste conclut que la cause du décès est l’intoxication à la cocaïne. «Les conclusions du rapport d’enquête du Service de police de la ville de Québec et du rapport du Coroner ne remettent pas en cause l’intervention des patrouilleurs de la Sûreté. Je trouve important de le rappeler», précise l’inspecteur-chef Patrice Cardinal, Directeur des communications et des relations internationales à la Sûreté du Québec.

La Sûreté du Québec déplore le décès de M. Collard, survenu quelques jours après le 5 octobre 2015. Cependant, compte tenu la tenue d’une poursuite civile, nous ne commenterons davantage le dossier pour ne pas nuire au processus en cours.

Lutte intense avec un policier

L’émission Enquête rapportait hier que le cœur de Martin Collard alors âgé de 36 ans et sous l’effet de la cocaïne, a lâché pendant une intervention policière. Les caméras de surveillance révèlent une lutte intense entre un policier et l’homme avant que ce dernier ne perde connaissance. La famille dénonce l’intervention musclée de la police et réfute les conclusions du pathologiste.