La tordeuse des bourgeons de l’épinette, une espèce ravageuse depuis le 18e siècle

Avec l’agrile du frêne dans le sud de la province, le gourmand scarabée japonais qui envahit les jardins, la tordeuse des bourgeons de l’épinette complique également la vie des forêts d’épinettes depuis le 18e siècle partout au Canada.

La tordeuse de l’épinette une chenille qui se transformera en papillon, mais c’est à son stade larvaire qu’elle est sans merci pour les arbres.

En 1994, le Québec adoptait une stratégie de protection des forêts dans laquelle il proposait certaines approches pour contrer les effets négatifs des épidémies de la tordeuse des bourgeons de l’épinette.

La Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (Sopfim) sera sur le terrain cet automne dans la région de la Côte-Nord.

Le directeur de la Sopfim Jean-Yves Arsenault nous a expliqué que l’intervention consistera à récolter des branches qui seront par la suite analysées afin d’évaluer le risque d’une épidémie forestière au printemps, selon la quantité de larves observées.

Cette étude permet de préparer les prochaines pulvérisations aériennes d’insecticide biologique.

La stratégie du gouvernement permet de diminuer l’impact de la tordeuse afin de protéger les forêts et ses activités socio-économiques qui en découlent.

Voici l’entrevue complète avec Monsieur Jean-Yves Arsenault, directeur de la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies.

Jean-Yves Arsenault, directeur de la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies

Source : https://mffp.gouv.qc.ca/forets/fimaq/insectes/fimaq-insectes-insectes-tordeuse.jsp