L’abondance de bars rayés et l’absence de capelan dénaturent la rivière Saint-Jean en Minganie

C'est une mauvaise année pour la pêche au saumon sur la rivière Saint-Jean. (Photo Association de protection de la rivière Saint-Jean)

Le capelan n’a pas roulé cette année en Minganie et les saumons qui s’en nourrissent avant de rentrer se font plus rares dans la rivière Saint-Jean. Le président de l’Association de protection Evens Edwards s’en inquiète et constate aussi que l’abondance de bars rayés à l’embouchure transforme l’écosystème.

Les grands saumons ne sont pas dérangés, mais les bars rayés ravagent tout autour. «C’est un poisson envahissant! Il mange tout ce qui lui passe sous les yeux : jeune crabe, homard, lançon, saumoneau…» Evens Edwards a déjà vu un groupe de bars rayés dévorer neuf bébés canards garrots nageant derrière leur maman.

Bar rayé vs saumon

Le président de l’association qui gère la Pourvoirie Haute Saint-Jean ne croit pas que le retour du bar dans les rivières de la Côte-Nord explique la mauvaise montaison du saumon.

«Nous avons déjà connu des mauvaises années comme en 1976. Des montaisons tardives en août ou septembre, ça s’est vu. Par contre, un printemps sans capelan c’est une première», commente Evens Edwards.

Ce pêcheur de longue date discute avec les aînés de son village qui n’en reviennent pas. Son père avant lui opérait une pêche commerciale au saumon. La Pourvoirie Haute Saint-Jean représente une activité économique importante dans la municipalité avec 36 employés et une clientèle à 90% de pêcheurs québécois.