L’automatisation de certaines activités minières dans le nord n’inquiète pas le syndicat… pour l’instant

Le coordonnateur du syndicat des Métallos de la Côte-Nord, Nicolas Lapierre constate que les premières tentatives d’automatisation de certaines opérations par les compagnies minières dans le nord ont peu d’impact. L’annonce de Champion Iron pour l’utilisation de nouvelles foreuses télécommandées autonomes ne l’inquiète pas.

«Il y a un Métallo à côté de chaque foreuse dans les faits jusqu’à maintenant. ArcelorMittal a réalisé un projet pilote à Fermont avec des camions sans chauffeurs à bord. La compagnie a vite jugé l’expérience non sécuritaire et peu efficace», commente Nicolas Lapierre.

Le coordonnateur des Métallos de la région croit que l’on s’en va vers une certaine robotisation, «mais à quelle vitesse. Pour l’instant, ce n’est pas aussi simple que prévu», constate celui qui a négocié les conventions collectives en force chez ArcelorMittal, Champion Iron, Rio Tinto IOC et la SFP Pointe-Noire.

Le syndicat des Métallos prend acte des intentions en automatisation des compagnies minières. Il en évalue les impacts et s’assure que les investissements en sécurité au travail sont au rendez-vous.