Le bris d’aqueduc à Sept-Îles, un casse-tête pour l’Hôpital régional

L'Hôpital régional à Sept-Îles.

Les équipes du Centre intégré de santé se sont mobilisées depuis vendredi afin de maintenir les services à la population à l’hôpital régional de Sept-Îles, malgré le bris d’aqueduc limitant la disponibilité d’eau potable.

Une cellule de crise a été vite mise en place vendredi pour agir notamment pour les usagers en hémodialyse et les personnes devant subir une chirurgie. Le service d’hémodialyse ne pouvait pas être offert de façon sécuritaire, une quinzaine d’usagers ont été transférés d’urgence par avion nolisé au CHU de Québec. Ce sont une trentaine de personnes au total, incluant les accompagnateurs et du personnel infirmier, qui se sont déplacés de Sept-Îles à Québec sur deux vols nolisés samedi et dimanche. Elles seront de retour à Sept-Îles seulement à la fin de la semaine.

Le CISSS Côte-Nord a été dans l’obligation de se procurer de l’eau embouteillée devenue rapidement rare en magasin à Sept-Îles vendredi, pour en fournir aux gens dans l’ensemble de ses installations comme le CLSC, le CHSLD Gustave-Gauvreault, l’hôpital et le Centre de réadaptation.

Le personnel de l’Hôpital de Sept-Îles a multiplié les contacts avec les autorités de la Ville et certains partenaires. Des suivis ont été assurés auprès des personnes âgées recevant des services de soutien à domicile, dans les ressources intermédiaires et les résidences pour aînés. Encore ce lundi, toutes les activités de stérilisation de matériel médical ont été déplacées vers Baie-Comeau. La planification des chirurgies a été refaite, mais aucune annulation n’est prévue.