Le caribou et la rivière Magpie plusieurs fois au menu à la COP15 Montréal, mais sans annonce

Pour l'instant, seul le gouvernement du Canada a fait une annonce sur la protection du caribou à la COP15. (crédit photo Environnement et Changement climatique Canada)

Les chefs Innus et d’autres leaders de la Côte-Nord déplorent le manque d’actions concernant la création d’une aire protégée autour de la rivière Magpie et la protection du caribou forestier. La 15e Conférence internationale de l’ONU sur la biodiversité COP15 de Montréal n’a pas permis d’avancer, se désolent-ils.

Le caribou a beaucoup retenu l’attention dans les derniers jours à Montréal. «Les actions concrètes se font toujours attendre», ont déploré les porte-parole Innus. Ils espéraient des annonces concrètes du gouvernement du Québec à la COP15

Aucune écoute de Québec

Pendant que Québec fait la promotion de son Plan Nature, l’exploitation des ressources et le développement de la villégiature se poursuivent dans l’habitat du caribou, soulignent les Autochtones. Une semaine de participation active à la COP15 ne nous a pas permis d’obtenir l’écoute espérée du gouvernement du Québec, s’attriste le gardien du territoire de Pessamit Jean-Luc Kanapé.

«Retarder inutilement des actions concrètes de protection et de restauration de l’habitat de l’espèce ne fait que nous éloigner davantage de l’objectif». s’indigne le directeur Développement et Territoire au Conseil de la Première Nation des Innus Essipit Michael Ross. Il précise que le rétablissement du caribou forestier prendra quelques décennies, même avec des mesures de protection concrètes.

Magpie non protégée

L’Alliance Muteshekeu shipu (rivière Magpie)  a retenu l’attention en décrochant le prix Droits et Libertés dès le début de la conférence sur la biodiversité. La démarche pour obtenir un statut de personnalité juridique est récompensée, mais ne permet toujours pas de créer l’aire protégée qui permettrait d’interdire tout développement hydroélectrique sur la rivière.

Magpie gagne en notoriété avec de nouveaux appuis politiques exprimés à la COP15 et une visibilité dans plusieurs médias internationaux, dont le journal Le Monde, qui a dépêché une envoyée spéciale sur la Côte-Nord.

L’acteur québécois bien connu Roy Dupuis a ajouté son nom à la longue liste des défenseurs de la protection de la rivière Magpie, en signant une lettre ouverte dans Le Devoir jeudi. Après sa participation à la production d’un documentaire contre le harnachement de la rivière Romaine il y a quelques années, le cofondateur de la Fondation Rivière Roy Dupuis se questionne maintenant dans son texte intitulé: «Le gouvernement manque-t-il de vision avec la rivière Magpie?»

«De nombreuses options s’offrent à nous pour diversifier nos sources d’énergies renouvelables, de manière plus rentable d’ailleurs que de construire de nouveaux barrages. Le moment est devenu plus propice que jamais pour enfin protéger cette rivière, la Magpie», écrit l’acteur vedette de la série Les filles de Caleb et du film Maurice Richard.