Le déclin de la morue du nord du golfe inquiète le ministère, qui arrête toute pêche commerciale

Les stocks de morue du nord du golfe Saint-Laurent ont continué de décliner depuis les moratoires sur la pêche du poisson de fond dans les années 1990. (crédit photo Fédération canadienne de la faune)

La morue du nord du Golfe est profondément dans une zone critique, s’inquiète le ministère des Pêches et des Océans. La ressource se trouve à 10% de son point de référence limite, ce qui la place dans l’état le plus préoccupant de tous les stocks de morue du Canada atlantique.

La ministre Joyce Murray a annoncé aujourd’hui qu’il n’y aura pas de pêche commerciale de la morue du nord cette année, pour permettre aux juvéniles du stock d’atteindre leur maturité. Par contre, considérant son importance sur les plans culturel, économique et historique, les gens de la Basse-Côte-Nord, de Terre-Neuve et du Labrador se voient autoriser une pêche récréative limitée.

Elle permettra de recueillir des données scientifiques sur la santé du stock. La pêche commerciale était déjà très limitée depuis les moratoires sur le poisson de fond dans les années 1990. En 2021, le ministère autorisait seulement 1000 tonnes de morue dans le nord du golfe Saint-Laurent, bien loin des quotas totalisant 100 000 tonnes dans les années 80.

Le ministère des Pêches et des Océans met en place un plan de rétablissement avec l’arrêt des captures commerciales pour un an. Cette décision sera réévaluée avant la saison 2023, en tenant compte de la prochaine évaluation scientifique. Historiquement cette population de morue occupait un vaste territoire marin de Port-Cartier à Terre-Neuve.

«C’est une décision difficile, reconnaît la ministre Murray. Cette fermeture posera des défis économiques à de nombreux pêcheurs. Cette décision donnera au stock de morue du nord du golfe un an pour se rétablir, tout en permettant aux pêcheurs autochtones et récréatifs de participer à une activité si importante sur le plan culturel.»