Le déploiement d’un câble sous-marin entre Sept-Îles et la Gaspésie est reporté

ITUM veut une analyse des impacts pour l'industrie, puisque la pêche serait interdite 500 mètres de chaque côté du câble sous-marin.

Transports Canada donne raison au conseil de bande ITUM qui a demandé un délai pour analyser les impacts sur les pêches commerciales du déploiement d’un câble sous-marin entre Sept-Îles et la Gaspésie, afin de sécuriser le réseau de Télus sur la Côte-Nord. La pêche de crabe, crevette et homard serait interdite 500 mètres chaque côté du câble, s’inquiète le chef du bureau politique d’ITUM Jean-Claude Therrien-Pinette.

Les travaux devaient commencer à la fin avril, le mois le plus actif de l’industrie de la pêche. «Nous avons demandé un délai parce que les pêcheurs professionnels se questionnent sur les conséquences. Nous avons été informés seulement en février que le projet signifiait la fermeture de la pêche sur une largeur de un kilomètre», affirme Monsieur Therrien-Pinette.

Le ministère fédéral des Transports avait autorisé le projet de Télus, mais a répondu positivement à la demande des Innus réclamant un délai.

Télus veut créer une redondante avec un câble sous-marin entre les deux rives du Saint-Laurent, afin d’éviter les pannes prolongées sur son réseau Internet haute vitesse. Le service entre Baie-Comeau et Blanc-Sablon dépend d’un seul câble qui longe la route 138 et la route blanche.