Le développement de la Côte-Nord passe par le partage du pouvoir avec les Innus

La table ronde Nanishuteuat (côte à côte) au Pavillon Alouette de Sept-Îles le mardi 3 décembre

Une Table ronde organisée par l’UQÀC au Pavillon Alouette de Sept-Îles hier après-midi a permis de cibler quelques pistes pour un développement de la Côte-Nord Nanishuteuat (côte à côte). Les partenariats doivent être gagnants-gagnants et inclure un partage du pouvoir avec les Innus, selon la directrice du Regroupement des Centres Amitié Autochtone Tanya Sirois.

Le maire de Sept-Îles Réjean Porlier a avoué que le développement côte à côte n’est pas facile. Il croit que les leaders régionaux doivent être des modèles pour combattre les préjugés. La directrice de l’Institut Tshakapesh Marjolaine Tshernish croit qu’il faut d’abord comprendre nos différences. Le maire Porlier conclut que le contexte est favorable pour intégrer davantage les Autochtones dans l’économie et le marché du travail.

Le vice-recteur de l’Université du Québec à Chicoutimi et ancien député Alexandre Cloutier a assisté à la Table ronde à Sept-Îles. L’événement a été suivi du lancement d’un livre de deux professeurs-chercheurs intitulé «Des ponts interculturels à la rivière Romaine? Développement nordique et territorialités innues».