Le fer gagne en importance au Bilan 2023 de l’industrie minière québécoise

L'activité minière représente des milliers d'emplois à Fermont, Sept-Îles et Port-Cartier.

Dans son bilan 2023, l’Association minière du Québec remarque que le fer représente maintenant 61% des impôts versés au gouvernement par l’industrie. Les retombées économiques pour la Côte-Nord sont aussi en croissance, note la PDG Josée Méthot.

Les compagnies minières de la Côte-Nord ont versé une somme record de près de 500M$ au gouvernement du Québec en un an. L’AMQ constate, dans son bilan, que l’industrie minière se porte bien au Québec. Les dépenses d’investissements du secteur minier ont augmenté de 10,9% pour atteindre 4,76 milliards de dollars.

Appelée à grandir

La PDG de l’Association minière entrevoit aussi une diversification à venir sur la Côte-Nord avec les terres rares et le graphite.  L’industrie n’a pas fini de grandir dans la région, selon Josée Méthot. Surtout que la demande pour le fer de haute pureté est appelée à augmenter de façon importante.

Entrevue avec Josée Méthot, Présidente-directrice générale de l’Association minière du Québec

Les trois grandes entreprises de la région membres de l’AMQ ArcelorMittal, Minerai de fer Québec et Rio Tinto (IOC et Fer et Titane) s’engagent avec plusieurs investissements pour la décarbonation et la transition énergétique. Les perspectives sont bonnes pour l’avenir du domaine minier dans la région, surtout si le fer de haute pureté du Québec et du Labrador joint la nouvelle liste des minéraux critiques et stratégiques qui sera publiée en 2024.

Défis : main-d’œuvre + environnement

«L’industrie minière a tout ce qu’il faut pour opérer de façon responsable avec la plus faible empreinte carbone sur la planète, grâce aux énergies renouvelables et aux innovations des sociétés minières», déclare la PDG de l’AMQ Josée Méthot.

Elle souligne les efforts d’ArcelorMittal à l’usine de bouletage de Port-Cartier avec l’utilisation du biocarburant local. «Nous sommes dans un processus d’amélioration continue dans le domaine environnemental et dans les pratiques avec les communautés locales. On vise toujours les hauts standards», estime Madame Méthot.

Elle est consciente des défis en recrutement de personnel qualifié, avec 3202 emplois à pourvoir dans l’industrie minière sur la Côte-Nord d’ici 2028. Elle précise que les entreprises déploient les efforts nécessaires pour attirer de la main-d’œuvre résidente en région, en investissant dans la qualité de vie de ses travailleurs.