Le fly-in\fly-out qui arrive de Sept-Îles-Uashat est plus tolérable pour le maire de Fermont

Trop de travailleurs débarquent à l'aéroport près de Fermont pour 14 jours de boulot, sans vivre en permanence dans le Nord, selon le maire

Le maire de Fermont Martin St-Laurent croit en la solidarité entre les gens de la Côte-Nord. Pour lui les travailleurs non résidents (TNR) qui gagnent leurs salaires dans sa ville nordique et le dépensent dans leur lieu de vie à Sept-Îles, Uashat ou Maliotenam sont plus tolérables que ceux des autres régions.

La Ville de Fermont veut convaincre les travailleurs en fly-in|fly-out de s’installer près de la mine. Le maire St-Laurent vise surtout les TNR de l’extérieur de la région.

Entrevue par Martin St-Laurent, maire de Fermont et préfet MRC de Caniapiscau

Martin St-Laurent soutient que chaque travailleur qui ne vit pas à Fermont en permanence, doit être rencontré. Il croit que les employeurs de Fermont ont un rôle à jouer pour limiter le nombre de TNR. Une des deux compagnies minières, soit ArcelorMittal collabore bien, dit-il.

Le maire St-Laurent a discuté de sa stratégie de lutte au fly-in|fly-out avec la ministre de l’Emploi et députée de Duplessis Kateri Jourdain à Québec la semaine dernière. La Ville de Fermont, la MRC et le gouvernement du Québec financeront une vingtaine de projets pour rendre le Nord attractif et convaincre les Travailleurs non résidents de s’installer avec leurs familles.

Lire aussi : Plus de 1,1 M$ investis pour la qualité de vie dans la MRC de Caniapiscau