Le gouvernement du Canada réagit mollement à la surtaxe américaine sur l’aluminium, selon la députée Gill

Marilène Gill, députée de Manicouagan.

La députée de Manicouagan, Marilène Gill dénonce l’inaction libérale dans le dossier des tarifs douaniers sur l’aluminium. Pour la bloquiste de la Côte-Nord, il est clair que les alumineries de Sept-Îles et Baie-Comeau souffriront de l’aplaventrisme du gouvernement Trudeau face aux pressions américaines.

«Le Québec est plus qu’un simple fournisseur de matières premières destinées à l’industrie américaine», clame Marilène Gill. Le Bloc Québécois invite le gouvernement du Canada à se doter d’outils pour répondre aux tarifs douaniers sur l’aluminium.

La ministre Chrystia Freeland a promis une série de contre-tarifs, mais uniquement sur les produits de l’aluminium. La députée Gill croit que le Canada se prive d’une force de frappe importante en limitant sa réaction au secteur de l’aluminium.

Donald Trump a annoncé, le 6 août, l’imposition de droit de douane de 10% sur l’aluminium canadien, qui entre en vigueur ce dimanche, 16 août. Le président américain prétend que la hausse de 87% des importations canadiennes au cours de la dernière année menace la production américaine d’aluminium et la sécurité nationale du pays.