Le maire de Port-Cartier se défend de mal traiter les employés de la Ville

C’est la consternation pour 30 familles d’employés mis à pied temporairement par la Ville de Port-Cartier. Le syndicat dénonce la décision de ne pas faire comme Sept-Îles et Baie-Comeau qui continue de payer son personnel en surplus. Pour le maire, ce n’est pas de gaieté de cœur, mais il faut penser aux contribuables.

«La ville a agi comme une entreprise privée», reproche le président du syndicat affilié à la CSN Nelson Coulombe. Il ne demande pas que ses membres soient payés à ne rien faire. Les syndiqués veulent participer aux services essentiels plutôt que de joindre les millions de Canadiens en attente de traitement de dossiers à l’assurance-emploi. Nelson Coulombe n’a pas apprécié la façon de faire de la Ville, mais ne gardera pas rancune.

Nelson Coulombe, président syndicat employés Ville de Port-Cartier

Le syndicat CSN connaît bien la capacité de payer de la Ville de Port- Cartier, selon le maire Alain Thibault. Il rappelle qu’il s’agit de mises à pied temporaires.

Alain Thibault, maire de Port- Cartier

Entrevue complète Alain Thibault, maire

Entrevue complète Nelson Coulombe, président syndicat CSN Ville Port- Cartier