Le maire de Sept-Îles entrevoit la lumière au bout du tunnel pour des places en CPE

Le maire Réjean Porlier

Le maire Réjean Porlier juge encourageante la décision du gouvernement fédéral d’investir massivement dans les services de garde. Il y a trois projets majeurs, dont deux de près de 80 places, prêts à aller de l’avant dans la région de Sept-Îles.

Pour le maire Porlier, il est souhaitable qu’Ottawa transfère au plus vite l’argent au ministère québécois de la Famille, qui étudie les projets de la Côte-Nord. Le problème reste complexe admet Réjean Porlier qui a dépensé beaucoup d’énergie dans le dernier mandat pour la mise en place de solutions à la pénurie de place en garderie.

Le gouvernement du Québec doit d’abord valoriser le travail dans les CPE en bonifiant les salaires, puis favoriser la relance de la formation d’éducatrices dans les deux cégeps de la Côte-Nord, affirme Réjean Porlier.

Il y a encore du travail à faire, mais l’argent du gouvernement du Canada qui s’ajoute à celui de Québec peut aider tant pour la pénurie de places en garderie que pour la pénurie de main d’œuvre dans les centres de la petite enfance, se réjouit-t-il.

La Ville de Sept-Îles est prête à accompagner tous les projets de garde en milieux familiaux ou en CPE, rappelle le maire.