Le mieux-être avec un trouble de santé mentale a avancé en 25 ans avec Sonia Dumont à l’Âtre de Sept-Îles

L’Âtre de Sept-Îles s'est rapproché de sa clientèle sous la direction de Sonia Dumont. (photo Courtoisie)

Sonia Dumont quitte l’Âtre de Sept-Îles après 25 ans, dont 23 comme directrice, avec le sentiment d’avoir contribué à améliorer les conditions de vie des personnes confrontées à un trouble de santé mentale. La relève est assurée pour favoriser leur intégration harmonieuse dans la société septilienne.

«Sonia a élevé le niveau de crédibilité de l’organisme», témoigne la présidente du conseil d’administration Mélanie Martel. Les services ont continué de se développer même pendant la pandémie, avec l’ajout d’un travailleur de proximité, en plus de l’hébergement, les groupes d’entraide et les logements supervisés de l’Âtre.

La perception du public devant des personnes différentes a beaucoup changé grâce au travail de sensibilisation. Sonia Dumont a défendu la cause pour obtenir plus de fonds ce qui permet de garder du personnel en place dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre. La directrice de l’Âtre de Sept-Îles a surtout soutenu et accompagné des personnes qui l’ont apprécié.

Entrevue avec: Mélanie Martel présidente et Sonia Dumont directrice L’Âtre de Sept-Îles

L’Âtre de Sept-Îles a recruté une nouvelle directrice qui quitte le réseau public de la santé. Cassandra Barr est entrée en fonction hier. Un vent de renouveau souffle déjà autour de la maison de l’Âtre de Sept-Îles, sécurisant ainsi les gens qui la fréquentent.

Le changement de direction coïncide avec l’arrivée d’un nouveau logo et le rafraichissement de certains outils de communication. Plus actuelle, la nouvelle image de l’organisme fait référence au calme et au réconfort dans ses couleurs, à la douceur, au support et à l’évolution dans sa forme.