Le mois de l’histoire des Autochtones est plus important que jamais, selon l’Innue Josée Leblanc

La protection de la jeunesse devient une priorité encore plus symbolique après les scandales des pensionnats. (photo Daniel Potvin)

L’enseignement de la vraie histoire des Premières nations est plus essentiel que jamais, constate la femme d’affaires d’Uashat Josée Leblanc. Elle profite du mois de l’histoire des Autochtones pour rappeler le travail exceptionnel qui a mené à la réalisation du grand livre d’histoire et d’art avec les œuvres d’Ernest Dominique: «Les premiers contacts».

L’ouvrage publié en 2008 pour le 400e anniversaire de la Ville de Québec a mis à contribution quatre anthropologues de renom. Les Européens ont rapidement dérangé le mode de vie traditionnel des nomades en Amérique, se souvient Josée Leblanc. La lourdeur d’événements marquants plus récents comme la création de la réserve de Mani-utenam et du pensionnat autochtone impose une réécriture de l’histoire du Canada.

Entrevue avec Josée Leblanc, propriétaire Complexe et Boutique Atikuss

Josée Leblanc émet le souhait que les activités de la Journée nationale des Autochtones chaque année contribuent à faire connaître le passé des Premiers habitants.