Le mouvement forme des jeunes bénévoles à Sept-Îles avec sa campagne «Scout tombe pile»

Louise Dionne du Groupe Scout Sept-Îles

Le Groupe Scout de Sept-Îles reste en santé, malgré le ralentissement des activités pendant la pandémie. Bien enraciné avec ses locaux sur la rue Cartier et son camp André-Beaupré à Moisie, le mouvement scout conserve les mêmes valeurs en orientant les jeunes vers la réalisation de bonnes actions.

Les Castors (scouts de 7 et 8 ans), les Louveteaux (9 à 11 ans) et les Aventuriers (12 ans et plus), ainsi que d’autres groupes de jeunes de Sept-Îles, dont une classe d’Horizon sportif de l’école Jean-du-Nord, effectueront du porte à porte dimanche pour la campagne «Scout tombe pile».

Elle touche trois volets, soit en sécurité incendie en rappelant de changer la batterie des avertisseurs de fumée, en environnement en recyclant des déchets dangereux et en fournissant à des jeunes l’occasion de s’impliquer bénévolement.

Associée depuis plusieurs années au sein du Groupe scout de Sept-Îles, Louise Dionne y voit un incubateur de futurs citoyens responsables, en plus d’une opportunité de loisirs sains et motivants pour la jeunesse.

Entrevue avec Louise Dionne, Groupe Scout Sept-Îles

Fondé en 1907 en Grande-Bretagne, le mouvement scout poursuit une mission d’autodiscipline des jeunes et d’apprentissages liés à la survie en forêt.