Le nouvel ALENA retarderait la phase 3 d’Alouette, selon une étude

L'aluminerie Alouette à Pointe-Noire, Sept-Îles

Une étude conclut que l’entrée en vigueur de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique sans mesure de protection pour l’aluminium produit en Amérique du Nord pourrait créer des pertes d’activités économiques de l’ordre de 6,2 milliards de dollars.

Celles-ci auraient généré quelque 2 988 emplois directs, indirects et induits.

C’est le Groupe performance stratégique qui a réalisé l’étude pour le compte d’organismes de développement économique au Saguenay, rapporte Le Quotidien.

Les auteurs de l’étude estiment que les grands producteurs d’aluminium du Québec vont retarder pendant 10 ans la mise en chantier de six projets d’expansion et de modernisation des usines québécoises, dont la phase 3 de l’aluminerie Alouette.  

Ils avancent que le Mexique aurait la possibilité de continuer de s’approvisionner en aluminium ailleurs dans le monde.