Le nouvelle Coopérative de Gallix présidée par Réjean Porlier projette une construction de 1M$

L'ancien maire Réjean Porlier a vendu sa propriété en ville pour s'installer en permanence à Gallix en transformant son chalet.

L’ancien maire de Sept-Îles Réjean Porlier agit comme président de la Coopérative de solidarité de Gallix, qui vise la construction d’une station-service et d’une épicerie. Une centaine de personnes ont assisté à une assemblée pour relancer le projet, une encourageante participation dans un village de 328 maisons habitées.

Les citoyens de Gallix vivent à 25 minutes en voiture de Port-Cartier et 35 de Sept-Îles. Le dépanneur est fermé depuis quelques années. L’ancienne municipalité de Gallix se retrouve dans une situation de désert alimentaire, selon les critères du gouvernement.

Beau, mais insécurisant

«Il faut faire une heure de route quel que soit la météo,  si on a oublié de se procurer des couches ou du lait», s’attriste l’ancien maire de Sept-Îles.

La situation est insensée, selon Réjean Porlier.  

La mobilisation est grande à Gallix autour de la nouvelle coopérative, témoigne le président Réjean Porlier. Il annonce que plusieurs partenaires dont les grandes entreprises de Port-Cartier, Pointe-Noire et Sept-Îles, seront sollicitées.

Viable et souhaitable

Le président de la Coop de Gallix est convaincu que le projet d’une épicerie station-service est viable en formule coopérative. Il viendra dynamiser le secteur Gallix et accommoder les touristes, les motoneigistes et les quadistes.

L’environnement va y gagner, avec moins de monde sur les routes, mais aussi les employeurs de la région en pénurie de main d’œuvre en rendant un secteur plus attractif, défend Réjean Porlier.

Le projet progresse déjà et des demandes de financement seront déposées aux gouvernements. Un partenaire commercial sera bientôt annoncé.

Entrevue avec le président de la Coopérative de Solidarité de Gallix