Le projet domiciliaire Holliday sera évalué par la Commission municipale du Québec

La Ville de Sept-Îles a besoin du projet Holliday pour son développement domiciliaire, défendent les élus.

Le débat a repris de plus belle concernant le projet de développement domiciliaire derrière la rue Holliday ce lundi en séance publique du conseil municipal de la Ville de Sept-Îles. Une quinzaine de citoyens ont demandé un avis de conformité à la Commission municipale du Québec. Le maire n’a pas apprécié.

La démarche représente des frais d’avocats pour la Ville et ne fera pas reculer le conseil, défend le maire Réjean Porlier qui a voulu comprendre les intentions du groupe. Le conseil a accordé le mandat à un avocat de défendre la Ville qui a respecté un avis juridique de spécialistes dans le dossier.

La citoyenne Louise Gagnon a expliqué que la quinzaine de signataires de la demande à la Commission municipale ont compris qu’il n’y aura pas de référendum, mais espèrent encore des améliorations en s’assurant que le projet Holliday respecte le plan d’urbanisme.

Sentant une volonté de bâillonner le débat, le résident de la rue Holliday Éric Lavoie a réagi devant l’attitude du maire. «Après la consultation concernant le projet domiciliaire, plusieurs réponses sont demeurées insatisfaisantes pour les gens du quartier qui vont utiliser les alternatives possibles pour obtenir des améliorations. »

Lire aussi: Les citoyens de la rue Holliday maintiendront la pression pour un meilleur projet domiciliaire