Le racisme, la DPJ et la police au centre des priorités des chefs innus en 2021

Jean-Charles Piétacho, chef de la communauté innue d'Ekuanitshit (photo: Facebook)

Le racisme systémique est encore perceptible au quotidien dans les services de santé, de justice et de protection de la jeunesse, selon le chef d’Ekuanitshit Jean-Charles Piétacho. Il faut agir collectivement pour que ça change, croit-il.

Dans un premier temps, les communautés prennent leurs responsabilités face aux enfants. Jean-Charles Piétacho explique qu’à Uashat mak Maliotenam et Ekuanitshit, la DPJ n’est plus autorisée à sortir des jeunes innus de leur communauté. Les dirigeants de la Nation innue travaillent aussi à la création d’une police autochtone régionale.

Le contexte entourant le décès de Joyce Etchaquan à l’Hôpital de Joliette en 2020 a placé la lutte au racisme en tête des priorités de 2021, assure le chef Piétacho.

Entrevue avec le chef d’Ekuanitshit Jean-Charles Piétacho

Les besoins en habitation sont aussi très grands dans les communautés innues en croissance démographique comme Nutashkuan, Ekuanitshit, Uashat mak Maliotenam. Des investissements supplémentaires dans le logement autochtone de la part du gouvernement du Canada deviennent essentiels, selon le chef Jean-Charles Piétacho.