Le Saaremaa I va faire des essais pour opérer dans les Maritimes

Le traversier Saaremaa au quai de Matane (photo Denis Lévesque)

La STQ planifie l’affrètement du traversier NM Saaremaa I pour prêter main-forte entre la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard. Le navire québécois habituellement utilisé pour la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout est en route pour les maritimes.

La traverse qui relie Caribou, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard a besoin de renforts après que l’un de ses deux navires ait pris feu en juillet dernier. 

En apprenant la nouvelle, le PDG de la Société des traversiers du Québec, Stéphane Lafaut, a voulu aider : « nous savions que cela avait une importance cruciale pour les communautés desservies en pleine saison touristique, car nous rencontrons des enjeux similaires chez nous. »

Le Saaremaa va d’abord effectuer des validations et des essais pour vérifier qu’il est compatible aux installations portuaires des Maritimes. « Une période d’évaluation d’environ une dizaine de jours est nécessaire » indique la Société des Transports du Québec par voie de communiqué. 

Pas d’inquiétude pour la traverse du Saint-Laurent. 

Si le projet se réalise, le traversier québécois pourrait être affréter là-bas pendant 60 jours. La STQ rassure ses utilisateurs promettant que le Saaremaa I gardera comme mission première la traverse entre la Côte-Nord et le Bas-Saint-Laurent : « le navire pourra se déployer à la traverse si le besoin se présentait dans le même intervalle que c’est prévu lorsqu’il est en attente à quai au Québec. »