Le syndicat qualifie la situation de pénurie de personnel dans les écoles de la Côte-Nord d’inacceptable

Éric Pronovost, Monica Chiasson et Josée Scalabrini présidents de syndicats soutien scolaire et enseignants (photo Archive)

« La pénurie de main d’œuvre dans les écoles crée une situation inacceptable qui a assez duré », commente le Syndicat de l’enseignement de la région du Fer. Deux présidents nationaux discuteront de cette situation avec une centaine de délégués syndicaux les 1er et 2 juin au Centre des congrès de Sept-Îles.

Ils en profiteront pour identifier des réponses adéquates aux problèmes sérieux vécus dans les écoles publiques. Le syndicat affilié à la CEQ se prépare pour la prochaine négociation. L’enjeu de l’attraction rétention a toujours été présent sur la Côte-Nord, cependant dans les dernières années, c’est de pire en pire, selon lui. La relève en région éloignée n’est pas au rendez-vous. Le syndicat demande au gouvernement d’améliorer les conditions d’exercices dans le domaine de l’éducation.

La présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement Josée Scalabrini et le président de la Fédération du personnel de soutien scolaire Éric Pronovost viendront partager leurs réflexions sur les enjeux de la prochaine négociation dans la région. La présidente à Sept-Îles Monica Chiasson, rappelle que la Côte-Nord connaît d’importants problèmes de recrutement dans ses écoles.

«Le personnel est à bout de souffle et les services aux élèves ne sont malheureusement pas tous au rendez-vous, déclare-t-elle. La pandémie n’a fait qu’amplifier les problématiques dans les secteurs publics de la santé et de l’éducation au Québec.  Il est plus qu’urgent de valoriser les gens qui portent l’école à bout de bras» ajoute la présidente syndicale.