Le syndicat Unifor confiant d’une reprise malgré la fermeture de la Scierie de Port-Cartier

La relance de la scierie et de l'usine de biocarburant à Port-Cartier figurent en tête des priorités de la corporation économique. (Photo Archive)

Le syndicat Unifor est confiant de voir la scierie de Port-Cartier rouvrir dans quelques semaines. Le Groupe Rémabec a annoncé ce matin la fermeture temporairement de sa Scierie de Port-Cartier. Quelque 140 personnes sont mises à pied.

Le syndicat soutient que toute l’industrie forestière est fragilisée par la crise économique liée à la COVID-19. Le conseiller syndical Matin Dugas a discuté longuement avec les dirigeants d’Arbec/Rémabec ce matin. Arbec souhaite investir dans un complexe intégré et reprendre les opérations à la Scierie Port-Cartier. La pandémie limite les exportations vers les États-Unis, mais le dollar américain est toujours favorable aux exportations de bois.

Avec la fermeture des deux usines de Résolu à Baie-Comeau, Arbec Port-Cartier a perdu son acheteur pour les copeaux de la Scierie. Arbec a aussi besoin d’une reprise chez Bioénergie A.E. La jeune usine de biocarburant de Port-Cartier avait commencé à trouver des marchés avant la crise pour son carburant produit à partie de l’écorce de la biomasse forestière d’Arbec.

Le maire Alain Thibault a exprimé plusieurs fois ses inquiétudes devant la situation chez Arbec. La Ville a accordé son appui au projet de complexe intégré, qu’Arbec juge essentiel pour poursuivre ses activités sur la Côte-Nord. Le maire Thibault a écrit lundi au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs Pierre Dufour pour discuter de l’avenir d’Arbec, de la protection du territoire forestier contre la tordeuse de bourgeons de l’épinette, ainsi que du projet de la MRC des Sept-Rivières de création d’un Parc national au lac Walker.