Le syndicat Unifor souhaite un recrutement plus efficace au Complexe forestier de Port-Cartier

Arbec produit du bois d'oeuvre à sa scierie de Port-Cartier. (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

L’ajout de Carbonity au Complexe forestier d’Arbec à Port-Cartier consolide des bons emplois, même si le recrutement difficile reste un frein au développement, constate le directeur québécois d’Unifor Daniel Cloutier. Il rencontrait les travailleurs syndiqués d’Arbec ce mercredi matin dans le cadre de sa tournée annuelle.

Natif de Port-Cartier, Daniel Cloutier sait que la Côte-Nord est attrayante, mais elle est aussi méconnue ce qui nuit à l’embauche. « Il faut un plan d’avenir dans cette industrie et faire savoir aux jeunes qu’il y a des perspectives intéressantes à travailler dans notre secteur. »

Le directeur québécois d’Unifor croit qu’avec un accès au bois, l’avenir est dans la diversification des produits de la forêt comme l’offre le complexe intégré Arbec-Biocarburant A.E.-Carbonity. Depuis plus d’un an, l’usine parvient à garder environ 80 travailleurs syndiqués sur le plan d’effectif de 130 employés. 

Québec accompagne mal l’industrie

Le directeur québécois d’Unifor soutient que le gouvernement du Québec accompagne mal l’industrie. Le syndicaliste est inquiet pour la pérennité des emplois en raison des diminutions des droits de coupe forestière et l’absence d’une stratégie caribou. Québec a en plus mal géré les feux de forêt et l’épidémie de tordeuse de bourgeons, selon le syndicat.

Entrevue avec Daniel Cloutier, directeur québécois d’Unifor

Les syndicats du secteur forestière, dont Unifor qui représente les travailleurs de Arbec Port-Cartier, font front commun. Ils ont dénoncé cette semaine l’absence de considération pour la main-d’œuvre dans la réflexion sur l’avenir de la forêt initiée par le ministère des Ressources naturelles.

Pour Daniel Cloutier, le gouvernement est décroché de la réalité des régions forestières. « Il faut repenser la forêt au Québec en fonction du développement durable et trouver des façons que le bois devienne un substitut à l’acier et au béton. »