Legault ajoute de la désolation à l’épuisement en ne négociant pas, selon la CSN Côte-Nord

La CSN Côte-Nord a lancé samedi sa campagne régionale «Y’a pu d’amour pour les services publics».

Devant la sévère pénurie de main-d’œuvre sur la Côte-Nord, de plus en plus de travailleurs de l’état sont découragés et regardent les offres d’emplois du secteur privé, constate la CSN. Le manque de volonté du gouvernement à négocier un nouveau contrat de travail fragilise davantage la Côte-Nord, affirme le président Guillaume Tremblay.

Ce dernier salue le dévouement du personnel des cégeps de Baie-Comeau et Sept-Îles, des employés du réseau de la santé sur tout le territoire et des fonctionnaires en télétravail de la Côte-Nord qui se sont adaptés aux changements imposés par la pandémie, pour maintenir les services aux citoyens.

Les 2500 employés du gouvernement du Québec affiliés à la CSN sur la Côte-Nord seront invités à voter pour un mandat de grève dans les prochaines semaines. À l’approche d’une relance et de la réalisation de différents projets économiques sur la Côte-Nord, le gouvernement doit offrir des salaires compétitifs, commente Guillaume Tremblay.

Entrevue avec le président de la CSN Côte-Nord Guillaume Tremblay

La population de la Côte-Nord apprécie le gouvernement Legault pour sa gestion de la crise sanitaire, mais est sensible à la réalité des employés de l’État, croit le président de la CSN Côte-Nord Guillaume Tremblay.

Lire aussi: Mobilisation de la CSN ce samedi midi dans trois villes de la Côte-Nord