Les appuis humains et financiers se multiplient pour le convoi routier de Rambo Gauthier

Le convoi parti de Sept-Îles a 6h a grossi le long de sa route vers Québec, notamment lors du détour à Saguenay. (photo Facebook Kathie Gagnon)

Arrivée dans la région de Québec en début de soirée, le convoi de la liberté de Bernard Gauthier n’avait pas besoin du soutien financier des syndicats. Le cortège a grossi en effectifs et le mouvement s’est enrichi de dons citoyens.

L’initiative de financement populaire de Bernard Gauthier a permis au convoi de la Côte-Nord d’engranger plus de 30 000$. Une dame dont le fils non vacciné a perdu son emploi, a versé à elle seule 3000$ hier.

Après un début modeste à 6h ce matin avec une vingtaine de citoyens dans une dizaine de véhicules à Sept-Îles, le convoi s’est allongé toute la journée le long de la route 138 sur la Côte-Nord et lors du détour à Saguenay. Escortée par la Sûreté du Québec, la délégation anti mesures sanitaires abusives a été accueillie par des centaines de sympathisants à Stoneham.

À la tête du cortège, Bernard Rambo Gauthier a affirmé que le projet n’est pas de briser quoi que ce soit. «Les policiers de Québec et les gars de l’anti-émeute sont nos amis», ajoute l’organisateur à Baie-Comeau Kevin « Big » Grenier sur une vidéo.

Bernard Gauthier dit qu’il a sollicité l’appui des syndicats sans leur demander d’argent plus tôt cette semaine. La FTQ Construction lui a répondu qu’elle n’appuyait pas sa cause et préférait être solidaire des infirmières.

Son employeur, le Local 791 des Opérateurs Machinerie lourde, est resté plus neutre en rappelant son rôle de défendre ses travailleurs vaccinés ou non, tout en reconnaissant le droit de ses membres et ses employés de s’impliquer dans une cause, quelle qu’elle soit.