Les élus de Sept-Îles étudient la possibilité d’autoriser les poules urbaines

La Ville pourrait autorisé les poules, mais pas les coqs.

La citoyenne Nancy Bezeau a déposé hier la pétition pour le droit d’élever des poules en milieu urbain à Sept-Îles. Le comité d’urbanisme de la Ville étudie le dossier. L’élevage de poules est illégal, mais toléré à Sept-Îles et Port-Cartier. Il y aurait plus de 400 poules sur le territoire de Pentecôte à Moisie, selon Nancy Bezeau.

Le comité d’urbanisme étudie plusieurs changements aux règlements sur les animaux. Les lapins sont aussi interdits même si la SPCA en vend. L’auteure de la pétition et mère de trois enfants a documenté son projet et exposé ses arguments aux élus réunis en fin d’après-midi hier devant public pour la première fois depuis mars.

Nancy Bezeau avait réponse à toutes les questions du maire, qui s’inquiète surtout de la pénurie de vétérinaires et de la capacité de la SPCA d’héberger les poules abandonnées. Plusieurs municipalités au Québec autorisent les poules urbaines. Les élus de la Ville de Sept-Îles sont interpellés par des citoyens de banlieue depuis trois ans dans ce dossier. La Ville étudie la possibilité de permettre deux à quatre poules, mais pas de coq plus bruyant.