Les factures du site d’enfouissement de déchets font grimacer le maire de Sept-Îles

Les lieux d’enfouissement technique coûtent de plus en plus chers aux municipalités. (photo ridr.qc.ca)

Le maire Steeve Beaupré a longuement grimacé après l’adoption lundi soir de deux résolutions votées à l’unanimité par son conseil, mais sans gaieté de cœur, pour des emprunts totalisant près de 6M$ pour des équipements au lieu d’enfouissement technique (LET) de Sept-Îles. Le directeur général Patrick Gwilliam explique que les élus font face à une hausse exponentielle des coûts en environnement, ce qui leur enlève du pouvoir de dépenser pour d’autres projets.

Le conseil municipal a été contraint de reporter ou abandonner des projets comme la construction d’un bâtiment communautaire pour les loisirs jeunesses au Parc Ferland. Mais il n’a pas le choix d’accepter le plus bas soumissionnaire même s’il est quatre fois plus cher que les estimés pour des travaux au LET, explique le DG de la ville.

Ces aménagements sont des obligations du ministère de l’Environnement, transférées dans la cour des municipalités par le gouvernement, selon Patrick Gwilliam. De nombreuses obligations ont représenté une forte hausse des dépenses pour la ville depuis 2 ans. La construction par exemple, approuvée lundi par le conseil de quatre nouvelles cellules au site d’enfouissement coûtera plus de 4M$, alors qu’il y a 2 ans le même travail coutait 1,1 million.