Les feux de forêt sont toujours possibles en automne rappelle la SOPFEU

L’anticyclone actuellement présent au Québec apporte un air très sec, ce qui augmente le risque d’incendie de forêt selon la SOPFEU.

L’automne, les feux de profondeur sont toujours possibles jusqu’à l’arrivée de l’hiver. Il s’agit d’un feu camouflé dans la litière forestière. La couche de matière au sol est plus épaisse en raison des feuilles mortes qui s’accumulent. Une source de chaleur (tison, feu mal éteint, allumette, cigarette, etc.) peut alors déclencher un incendie de manière subtile.

Le risque d’incendie de forêt est bas, mais demeure possible, c’est pourquoi il est important de bien éteindre son feu de camp lors de son séjour dans les bois. Josée Poitras, agente à la prévention et aux communications à la SOPFEU, rappelle qu’il est important de sécuriser son VTT en enlevant les feuilles et les brindilles situées à proximité des sources de chaleur de votre engin motorisé avant et après chaque utilisation.  

Concernant le bilan des incendies de forêt au Québec, jusqu’à présent, on en compte 581 depuis le début de l’année, ceux-ci ont affecté 8000 hectares de forêt. La moyenne des dix dernières années à pareille date est plutôt de 429 incendies. L’an passé, 654 incendies de forêt ont été combattus par les équipes de la SOPFEU au Québec.

Sur la Côte-Nord, on compte plus de feux que la moyenne saisonnière avec 45 incendies qui ont affecté 768 hectares de forêt.

La moyenne saisonnière pour la Côte-Nord à pareille date est de 35 incendies.

Entrevue avec Josée Poitras, agente à la prévention et aux communications à la SOPFEU