Les grandes centrales syndicales Côte-Nord dénoncent l’adoption de la Loi 59

Le coordonnateur des Métallos de l'Est du Québec Nicolas Lapierre et le président de la CSN Côte-Nord Guillaume Tremblay

La protection des travailleurs se détériore, selon le syndicat des Métallos, la FTQ et la CSN Côte-Nord. Ils dénoncent l’adoption par l’Assemblée nationale du Québec de la Loi 59 qui met en danger la vie et la santé des travailleurs.

Il y aura moins de temps accordé à la prévention déplorent les grandes centrales syndicales sur la Côte-Nord. Les employeurs pourront décider seuls des mécanismes en matière de santé et sécurité au travail. Les médecins traitants verront leur marge de manœuvre réduite au profit de la CNESST.

«Ce n’est pas seulement un recul pour la santé et sécurité de tous les travailleurs, mais aussi pour l’ensemble de la société», lance le coordonnateur des Métallos Nicolas Lapierre.

Les syndicats ont réalisé plusieurs démarches pour faire reculer le gouvernement Legault et dénoncer ce qu’ils considèrent comme un recul historique. Le gouvernement du Québec avoue que la loi devrait permettre aux entreprises d’effectuer des économies de 4,3 milliards de dollars sur 10 ans. En fin de compte, plusieurs milieux de travail en région vont être moins sécuritaires, dénonce le président du Conseil central Côte-Nord de la CSN Guillaume Tremblay.