Les Innus de l’ouest du Nitassinan sont favorables au rapport final de la Commission sur les caribous

Caribou forestier Côte-Nord. (photo: Alliance Forêt Boréale)

La Commission indépendante sur les caribous forestiers a publié le 22 août un rapport final qui insiste sur l’urgence de mettre en place plusieurs mesures de protection de l’espèce. Même s’il inquiète le milieu économique qui craint des pertes d’emploi sur la Côte-Nord, il réjouit les leaders Innus d’Essipit et Mashteuiatsh.

Les deux conseils de bande félicitent le travail des commissaires. Les recommandations formulées dans le rapport reprennent en partie les pistes de solution des Premières Nations. Les chefs avaient d’abord dénoncé la mise en place d’une telle commission sans les consulter. Ils se réjouissent maintenant du résultat, qui reconnaît l’importance culturelle d’Atiku (caribou).

Les Innus sont satisfaits parce que la Commission indépendante propose au gouvernement une stratégie caribou, tenant compte de l’attachement des Premières Nations à l’espèce, de leurs savoirs et connaissances, ainsi que des impacts potentiels sur les droits et titres ancestraux. Le rapport insiste sur la nécessité pour le gouvernement d’initier une discussion formelle avec les Autochtones.

Le chef Gilbert Dominique réclame de l’action pour la protection d’Atiku. Pour le chef d’Essipit Martin Dufour, «il est urgent de revoir nos pratiques afin que l’aménagement forestier soit réellement durable».

Le rapport de la commission indépendante propose de réduire l’exploitation forestière. On évalue les pertes à 2700 emplois dans quatre régions du Québec, dont la Côte-Nord, si les 35 recommandations sont retenues. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs Pierre Dufour promet une stratégie gouvernementale sur le caribou en 2023.