Les Innus de Pessamit réclament d’importantes compensations financières

Les Atikamekws de Wemotaci en Mauricie et les Innus de Pessamit sur la Côte-Nord font front commun pour exiger réparation auprès du gouvernement du Québec pour l’utilisation illégitime de leurs territoires.

Les deux communautés menacent maintenant de faire dérailler le projet de ligne de transport d’Hydro-Québec vers le Maine pour se faire entendre par le gouvernement.

En conférence de presse ce matin, les différents leaders ont accusé Hydro-Québec d’exploiter 33 ouvrages représentant 36% de sa capacité de production hydroélectrique sans le consentement des premières nations.

Les chefs René Simon de Pessamit et François Néashit de Wemotaci, affirment que les droits ancestraux des Premières Nations n’ont pas été respectés et qu’ils n’ont jamais été considérés dans l’aménagement de ces ouvrages au fil des décennies: « L’heure est maintenant arrivée pour nos deux communautés d’opposer une résistance concertée à ce qui est moralement, légalement et constitutionnellement indéfendable, ont-ils déclaré. Nous avons l’intention de nous en prendre directement aux revenus que le gouvernement et Hydro-Québec prévoient générer avec leur projet de faire passer une ligne de haute tension, d’une capacité de 1200 MW, vers le Nord-Est des États-Unis. »

Les communautés de Wemotaci et de Pessamit affirment qu’aucun accord inférieur à ce qui avait été accordé dans le cadre de la Paix des braves ne sera jugé acceptable ce qui représente plusieurs milliards de dollars en compensation. Ces compensations doivent permettre selon les chefs Simon et Néashit de sortir leurs communautés de la pauvreté.