Les leaders syndicaux en éducation de la Côte-Nord croient avoir réussi une bonne négo

Les présidentes syndicales Josée Scalabrini (FSE-CSQ) et Monica Chiasson (SERF-CSQ)

La présidente du Syndicat de l’enseignement de la région du Fer n’est pas surprise du vote majoritaire en faveur de l’entente de principe Québec-Front commun. Même si l’entente n’est pas parfaite, Monica Chiasson croit qu’il sera plus facile de garder et de recruter des profs et du personnel de soutien pour les écoles de la Côte-Nord.

Les Centres de service scolaires de la région seront mieux outillés pour la rétention et le recrutement avec la signature du contrat de 5 ans, constate la syndicaliste. « Ce n’est pas parfait. Il y a par exemple la pénurie de logements à Sept-Îles, mais tout le monde met l’épaule à la roue pour embaucher de la relève et garder notre monde », commente Monica Chiasson. En cette Semaine des enseignants, elle a l’impression que le gouvernement valorise enfin un peu plus la profession.

L’augmentation de salaire proposée répond aux attentes. Les travailleuses de l’éducation espéraient plus d’améliorations concernant la classe pour les enseignants et les tâches pour le personnel de soutien, explique la présidente syndicale.

Entrevue avec Monica Chiasson, présidente Syndicat Enseignement Région du Fer SERF-CSQ

Pour le secteur éducation, toutes les unités syndicales de l’Est de Côte-Nord ont accepté le projet de convention collective négocié par le Front commun. Le vote pour le oui a varié entre 63 et 88% au Syndicat de l’enseignement de la région du Fer.

Lire aussi : Les syndiqués du Front commun de la Côte-Nord votent pour l’entente avec Québec