Les loups s’attaquent très rarement aux chevaux et aux humains

(crédit photo: pixabay.com)

La biologiste du ministère Forêts, Faune et Parcs sur la Côte-Nord, Sandra Heppell, ne croit pas que les loups qui rodaient aux abords de la rivière Moisie récemment s’attaquent à des chevaux et encore moins à des humains. L’orignal et le caribou restent les principales proies des loups qui parcourent de grandes distances en forêt boréale pour la chasse.

Les loups fuient les humains en général, mais leur quête de gros gibier attire parfois la meute près des habitations en milieu rural comme ce fut le cas à Moisie à la fin janvier, présume la biologiste Sandra Heppell. Des initiatives citoyennes innues et allochtones, ont permis quelques battues, après avoir confirmé la présence de loups près des maisons et des chalets à Moisie et Maliotenam.

La prévention est toujours une bonne pratique selon Sandra Heppell. Seulement deux attaques mortelles d’humains par des loups ont été rapportées au Canada en 100 ans. La biologiste basée sur la Côte-Nord ne croit pas non plus que les chevaux des Septiliens dans deux ranchs du secteur soient vraiment menacés.

Extrait entrevue avec Sandra Heppell, biologiste Ministère Forêts, Faune et Parcs

Les loups sont encore abondants sur la Côte-Nord, ce qui est encourageant pour l’écosystème. La chasse est autorisée avec le permis adéquat. Le piégeage permet d’intervenir près des sites habités, avec l’accord du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.