Les membres de Coop TREQ sont invités à signer une pétition sommant Québec d’agir

Le transporteur s'équipe d’une flotte d'appareils Bombardier Q400 de 78 places, pour offrir des prix abordables (photo treq.ca)

Une pétition en ligne jusqu’au 7 février adressée à l’Assemblée nationale du Québec invite le gouvernement à soutenir la Coopérative de transport régional du Québec TREQ. Dans une lettre incitant à la signature ce week-end, l’ancien maire de Sept-Îles Réjean Porlier presse le premier ministre Legault de publier sa stratégie pour répondre à la crise du transport aérien.

La pétition déplore un coût beaucoup plus élevé au Québec pour les déplacements en région en avion comparativement aux autres provinces. TREQ ne demande aucune subvention au gouvernement du Québec, mais seulement un signal que l’initiative peut s’inscrire dans la solution face au monopole d’Air Canada.

Retraité de la mairie de Sept-Îles depuis novembre, Réjean Porlier s’est engagé à rester actif dans le dossier du transport aérien. Il se dit inquiet puisque Québec ne semble pas reconnaître la crise qui affecte le développement des régions comme la Côte-Nord.

Réjean Porlier croit que pour rattraper le retard dans le coût des vols intérieurs comparativement à l’Ontario, la Colombie-Britannique ou l’Alberta, Québec doit regarder la proposition de TREQ. Elle consiste à opérer cinq avions Q-400 pour desservir le réseau primaire au Québec, à des coûts très abordables. L’ancien maire conclut que le seul mot qui lui vient en tête devant le silence de François Legault c’est pathétique.