Les Métallos de Minerai de fer Québec rejettent la proposition patronale à la quasi-unanimité

Les membres de la section locale 9996 des Métallos se sont prononcés sur une proposition de l'employeur au cours de quatre rencontres tenues la semaine dernière. C'est à 98,6 % qu'ils l'ont rejetée. (Photo Courtoisie Métallos)

C’est dans une proportion de 98,6 % que les Métallos à l’emploi de Minerai de fer Québec ont refusé une proposition de convention collective de leur employeur. Du même souffle, les syndiqués se sont dotés d’un mandat de grève à exercer au moment jugé opportun.

Les négociations achoppent principalement sur les aspects monétaires du contrat de travail. « Nos membres s’attendaient à un certain rattrapage salarial par rapport à ce qui s’est négocié récemment dans les minières. Cette proposition ne le permet pas. La compagnie s’entête à proposer un long contrat de cinq ans, mais elle ne met pas sur la table les sommes nécessaires pour le conclure », fait valoir le président du local 9996 qui représente les 712 syndiqués de la minière, Sébastien Bergeron.

Quatre assemblées générales ont été tenues la semaine dernière. Les travailleurs, dont la plupart font du navettage jusqu’au site minier situé au Lac Bloom près de Fermont, ont pu prendre connaissance de la proposition de l’employeur. Outre les salaires, l’offre patronale est aussi jugée insuffisante sur l’ensemble des avantages sociaux.

« Nous avons déjà passé 15 semaines à négocier dans ce dossier. Les membres veulent protéger leur pouvoir d’achat et bonifier les aspects salariaux de la convention collective. Dans le contexte de l’inflation, nos membres ne jugent pas l’offre acceptable », souligne le représentant syndical des Métallos, Marc Tremblay.

Médiation

La Direction de Minerai de fer Québec a pris connaissance du résultat des votes en assemblées syndicales spéciales. Elle compte faire appel à un conciliateur auprès du ministère du Travail.

« Nous continuons d’être de bonne foi et c’est avec ouverture que nous allons poursuivre les discussions pour en arriver à une entente mutuellement satisfaisante, commente la directrice principale Communication de l’entreprise. Nos gens représentent notre ressource la plus précieuse. Notre objectif demeure d’offrir les meilleures conditions pour retenir, attirer et développer les meilleurs talents », conclut-elle.