Les Métallos souhaitent que le drame dans les mines de fer du Brésil serve d’exemple ici

Le syndicat des Métallos croit que les accusations criminelles portées contre le géant mondial de l’industrie du fer Vale après la mort il y a un an de 270 personnes au Brésil, devraient envoyer un message au gouvernement canadien. L’application des lois visant la protection des travailleurs dans les mines est essentielle. Les travailleurs de la Côte-Nord et du Labrador ne sont pas à l’abri des drames, pour le syndicat.

L’ancien président-directeur général de la compagnie fait face à des accusations criminelles à la suite de l’effondrement d’une digue d’un barrage minier au Brésil. Le Canada et les gouvernements des provinces responsables de l’application des lois sur les mines et la santé et sécurité au travail doivent en prendre bonne note de l’importance de mesures punitives sévères.

Pour le directeur des Métallos au Canada Ken Neumann, aucun travailleur ne devrait être menacé lorsqu’il se rend au travail, comme aucune communauté ne devrait être mise en péril en raison de la négligence d’une entreprise. Le syndicat des Métallos exhorte le gouvernement du Québec de mettre en application les modifications au Code criminel de 2004 qui vise à rendre les dirigeants d’entreprise criminellement responsable des décès et blessures en milieu de travail.

Il invite aussi le gouvernement fédéral à faire en sorte que les entreprises multinationales opérant des mines au Canada ne puissent pas faire passer le profit avant la sécurité et la vie humaine.