Les préfets de la Côte-Nord très inquiets devant la pénurie dans le réseau de la santé

La Ville de Sept-Îles anticipe un sérieux problème de logements pour les travailleurs lorsque l'hôpital régional sera en chantier.

La pénurie de main d’œuvre et d’autres enjeux dans le réseau de la santé inquiètent les élus de la Côte-Nord. L’Assemblée des MRC de la Côte-Nord demande au gouvernement du Québec la création d’une table de travail régionale en santé visant une meilleure concertation.

Les préfets des six MRC de la région interpellent le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé et le ministre responsable de la Côte-Nord, Jonatan Julien afin d’éviter la détérioration des services, laquelle étant bel et bien amorcée.

Le président de l’Assemblée des MRC et maire de Fermont Martin Saint-Laurent déplore la fermeture des urgences. Il a l’impression que tout ça découle de la réforme Barrette. Mais plutôt que de critiquer, les maires et préfets proposent une approche novatrice qui a déjà fait ses preuves dans le dossier de la main-d’œuvre régionale et qui consiste à réunir les principaux acteurs autour d’une table de travail.

Elle permettrait de faire consensus sur la situation et activer des solutions durables. «Avant la réforme Barrette, les milieux étaient davantage impliqués pour une meilleure compréhension des actions mises en place par les établissements. Aujourd’hui, on cherche le fil conducteur et, le seul consensus qui se dégage c’est celui de la détérioration des services» affirme le président de l’Assemblée des MRC de la Côte-Nord Martin Saint-Laurent.

Le préfet de la MRC de la Minganie Luc Noël croit que la région a avantage à concerter ses efforts face au sévère problème d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre. «Lorsqu’on déplace les services vers les centres régionaux ou les grands centres pour, des tests de 15 minutes parfois, ce sont nos populations qui se déplacent de longues heures», ajoute le préfet de la MRC de Sept-Rivières Alain Thibault.

«On a l’impression de revivre le jour de la marmotte! Ce sont les plus vulnérables de nos communautés qui en font les frais», se désolent les membres de l’Assemblée des MRC de la Côte-Nord qui attendent impatiemment un signal de Québec pour la mise en place de cette table de travail.