Les préposés aux appels d’urgence de la Côte-Nord en grève administrative

Les membres de la fraternité des préposés au traitement des appels d’urgence de l’Est du Québec, œuvrant au Centre d’appels d’urgence des régions de l’Est du Québec (CAUREQ) sont entrés en grève générale illimitée ce vendredi 11 mars. Les salariés du CAUREQ desservent les régions du Bas St-Laurent, de la Gaspésie/Iles de la Madeleine et de la Côte-Nord.

Ils demandent des ajustements salariaux équivalents aux autres centres d’appels d’urgence de la province, un ajustement des augmentations annuelles de salaire selon le coût de la vie qui grimpe à une vitesse vertigineuse et des améliorations des conditions de travail en lien avec la conciliation travail-vie personnelle.

La convention collective des membres de la fraternité des préposés au traitement des appels d’urgence de l’Est du Québec est échue depuis le 31 mars 2020. Selon la Fédération des employés du préhospitalier du Québec, depuis quatre mois, les discussions ne progressent plus avec la partie patronale, qui exprime des statuquos et des refus aux demandes des membres, tant du côté du volet normatif que financier.

Les moyens de pression n’auront pas d’impacts sur le service à la population. Ils se veulent des moyens administratifs qui demanderont à l’employeur d’effectuer des tâches qui sont habituellement effectués par les salariés. Daniel Chouinard, président, FPHQ, explique que si les employés ne sont pas entendus, les moyens de pressions pourraient s’accentuer dans les prochains mois.