Les prix du fer et de l’aluminium risquent de nouvelles baisses sur les marchés mondiaux en 2023, selon Desjardins

Le fer de haute pureté de la fosse du Labrador transbordé au Port de Sept-Îles, bénéficie d'une prime sur les marchés mondiaux. (Photo Jean St-Pierre, Macotenord.com)

La récente étude économique du Mouvement Desjardins sur les tendances des matières premières prévoit que la volatilité du début de l’année des prix des métaux de base se traduira par un recul d’ici la fin de 2023, devant le ralentissement économique de la Chine.

À la demande de la caisse Desjardins Ressources naturelles basée à Sept-Îles, une analyse du marché du minerai de fer est ajoutée aux Études économiques Desjardins.

Prix du fer

Le prix «SPOT» pour le minerai de fer a légèrement augmenté en début de 2023, après une forte croissance en fin de 2022. Il était de 128$ US la tonne en date du 5 avril 2023, mais rappelons que le fer de la fosse du Labrador qui transite par Sept-Îles et Port-Cartier bénéficie d’une prime pour sa haute pureté.

Selon l’économiste du Mouvement Desjardins Marc-Antoine Dumont, le prix du fer diminuera dans les prochains mois à 112$ US la tonne en fin de 2023 et 92$ en 2024. Il précise qu’un rebond de l’économie chinoise et une offre limitée pourraient faire pression à la hausse sur le prix du fer.

Prix de l’aluminium

Le prix de l’aluminium a reculé de 9,4% depuis le début de février et le dollar américain est en hausse. Presque toute la production de l’aluminerie de Sept-Îles est livrée aux États-Unis.

Par contre, la production d’aluminium en Europe a diminué de 20% depuis le début de la guerre en Ukraine. Desjardins s’attend à une baisse du prix en 2023 et un rebond en 2024.

L’équipe économique du Mouvement souligne de bonne perspective pour l’aluminium à plus long terme. Les besoins croissants d’aluminium vert devraient permettre aux alumineries de la Côte-Nord et du Québec de braver les turbulences économiques à venir.