Les syndiqués de l’enseignement profitent de l’Halloween pour inviter le gouvernement à laisser tomber les masques

"On vaut plus que des bonbons" clament en ce jour d'Halloween les dirigeants du Syndicat de l'enseignement CSQ, dont Sheila Leblanc et Monica Chiasson (au centre) (photo Archives)

Les syndiqués du réseau scolaire sur la Côte-Nord profitent de l’Halloween pour déposer leurs demandes à l’approche de la négociation de renouvellement de leur contrat de travail avec le gouvernement sous le thème «On vaut plus que des bonbons». Dans le contexte de la pénurie de main-d’œuvre en région, il faut améliorer le quotidien du personnel des écoles, soutiennent les dirigeantes du Syndicat de l’enseignement de la région du Fer.

Les profs réclament surtout d’alléger leur tâche et de revoir la composition des classes. Le soutien scolaire souhaite des emplois à temps plein et la fin des horaires brisés. Les syndicats agissent en front commun.

Les demandes salariales ne sont pas encore connues. Le gouvernement devra être plus compétitif avec les compagnies minières pour garder des employés dans les écoles de Fermont, Port-Cartier et Sept-Îles, selon la vice-présidente du syndicat Sheila Leblanc.

Entrevue avec Monica Chiasson, présidente et Sheila Leblanc vice-présidente SERF-CSQ

La venue d’un nouveau ministre de l’Éducation n’aidera pas. La présidente pour la région du Fer Monica Chiasson le perçoit comme antisyndical.