L’ex-directeur adjoint du SPUM écope de la destitution

L’ancien directeur adjoint du service de police de Uashat mak Mani-utenam (SPUM), Gilbert Vollant. Photo tirée de Facebook.

L’ancien directeur adjoint du service de police de Uashat mak Mani-utenam (SPUM), Gilbert Vollant, a été formellement destitué en déontologie policière pour ses manquements dans la gestion d’une trousse médico-légale il y a plus de 10 ans.

Dans une décision publiée le mois dernier après plusieurs mois de délibération, le Comité de déontologie policière a ordonné la destitution de l’ex-policer ce qui représente la sentence la plus sévère que l’instance peut prononcer.

Gilbert Vollant avait reconnu la totalité des faits qui lui étaient reprochés lors des audiences de la commission en mars 2021.

Une dizaine de manquements au code de déontologie des policiers lui était reprochée en lien avec la gestion chaotique d’une affaire présumée d’agression sexuelle impliquant un mineur en 2010.

Selon les documents judiciaires disponibles, la commission reprochait à monsieur Vollant de ne pas avoir fait les démarches en temps utile pour inscrire la trousse médico-légale dans le registre des pièces à conviction, ni à la version papier ni dans le registre informatisé, d’avoir omis d’aviser l’enquêteur au dossier de la réception de la trousse médico-légale, de n’avoir effectué aucune démarche afin que la trousse soit analysée et d’avoir fait en sorte que la trousse soit détruite alors qu’elle n’avait pas été analysée.

Outre l’ancien directeur adjoint, quatre autres membres du SPUM étaient visés par l’enquête déontologique. Les manquements présumés contre les agents Pascal Bérubé et Raynald Malec ont été abandonnés en cours de route.

La Commission n’a pas encore rendu de jugement à l’endroit du sergent Guy Olivier et de l’ex-directeur Normand Ambroise. La date de l’audition sur sanction doit être fixée la semaine prochaine.